Image Hosted by ImageShack.us

ADIEU PETITE POMME

samedi 27 décembre 2008

les traditions de boulogne (1) /LES GUENELS

Les noels, pour moi, sont souvent Boulonnais .
Et j 'aime retrouver mes tradtions "boulonnaises" de NOËL
Vous voulez les connaître?alors suivez le guide!!!

1/ les guenels

La légende:


Nous sommes en 1530, à BOULOGNE SUR MER, dans un
hameau habité de pauvres gens, que l’on nomme « El burrière ».
Petit Pierre est un fils de pêcheurs.
Le jour de Noël, Petit Pierre contemple la ville fortifiée décorée.
C’est Noël, mais il n’y a pas de Noël pour les pauvres gens.
Alors pourquoi ne pas demander un peu de pain aux bourgeois ?
Oui, mais voilà, il fait nuit noire et pour se diriger vers la ville fortifiée,
c’est difficile. C’est ainsi que petit Pierre a une idée : il faut construire une
lanterne.
Il récupère une betterave, la creuse avec son couteau pour y placer
une bougie.
Petit Pierre s’en va en vieille ville. A la sortie de la messe, il tend
timidement la main aux bourgeois qui ne le regardent même pas.
En poursuivant son chemin, petit Pierre aperçoit une belle maison,
de laquelle s’échappe des bruits de fêtes.
Pierre frappe à la porte, un domestique ouvre et lui dit :
« Décampe sur le champs, chenapan, Maître Dupuis a déjà fait la charité »
Pierre ne tient plus, et se met à hurler :
« I vous vouo bin là-bas tout sewe,
minger d’el tart’ et du gatiewe
sin m’in donner un p’tit morciewe »
Pierre n’entend pas arriver le maître de la maison.
« Viens petit, viens dans ma maison pour partager notre repas de Noël »
Le rêve dépassa la réalité. Maître Dupuis donna beaucoup à Pierre et sa
famille. Le lendemain de Noël, il vint chargé de présents et de provisions.
et cela a donné "la tradition"


Les guénels : La tradition se perpétue sur la côte
Peu de gens connaissent la réelle origine du guénel, cette lanterne, que petit Pierre creusa dans une betterave pour aller faire la charité auprès des bourgeois boulonnais, la veille de Noël.C’est ce que racontent les grands-parents aux enfants.
La coutume s’est perpétuée et encore aujourd’hui, la veille de Noël, des enfants portant guénel à la main, vont frapper aux portes des maisons pour recevoir des friandises, tout en chantant l’hymne de cette fête « Ô Guénel ! ». La similitude avec Halloween nous vient tout de suite à l’esprit, pourtant avec les guénels on ne parle pas de fête commerciale mais bel et bien de tradition.Une torche pour les notablesLes premières traces connues et supposées remontent au XVe siècle époque à laquelle, la veille de Noël, les personnes importantes de la ville de Boulogne se voyaient remettre une torche par les guetteurs qui étaient récompensés de moult verres offerts par la municipalité.Ange ou quenouille ?La coutume a évolué et, de nos jours, les torches se sont transformées en guénels, que les enfants brandissent dans les rues apportant symboliquement la lumière de la nativité et du renouveau dans chaque foyer qu’ils visitent. Plusieurs sens sont donnés au mot guénel allant de « Au Gai Noël » à « Au gui l’An neuf ». Et de palabres en réquisitoires, bon nombre d’intellectuels se sont posé la question sur l’origine de ce mot. Pour certains, il voudrait dire ange, pour d’autres quenouille. Mais dans tous les cas, c’est bien Noël que les guénels annoncent.Pour le plaisir des enfantsAujourd’hui, c’est à Boulogne, Le Portel et Étaples que la tradition est la plus forte. Les communes redoublent d’efforts pour organiser le plus beau des défilés de Guénels… Peu importe si l’on défile la veille ou une semaine avant Noël, ce qui compte c’est le plaisir des enfants. À l’issue du défilé, les guénels sont exposés et l’on procède à l’élection du plus beau de tous. Des associations comme celle de Thierry Lassemblée « Ô Guénel ! » se sont formées pour que la tradition ne se perde pas. Mieux, pour redonner de la jeunesse à cette coutume, Thierry et ses compères musiciens, les « Star Raggadéch’tis », ont enregistré un disque reprenant la traditionnelle chanson en patois « Ô Guénel ! » sur des arrangements ragga. Bref, la tradition perdure et, encore cette année l’on entendra chanter dans les rues : « Ô Guénel, gran’père Barbot, il a un vint comme un tonneau, il a mingé trop d’haricots, Ô Guénel ! Ô Guénel-e tioupé tioupé tioup… »


Vous voulez entendre la chanson?


alors cliquez ci dessous , pour écouter un vrai boulonnais le chanter en patois, comme il se doit:
http://jean.cousin1.free.fr/01-Le_Guenel.mp3


Vous pouvez aussi l'entendre par une chorale....
http://jean.cousin1.free.fr/01-voiesamiesleguenel.mp3


ou en versets beaucoup plus modernes:http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewProfile&friendID=293804160



Vous n 'arrivez pas a comprendre les paroles ? alors les voici :

en "français"


Ô GAI NOËL
1
Ô Guénel, par un p’tit trou,
J’vous vois bien, là tous les deux,
Manger d’la tarte et du gâteau
Sans m’en donner un p’tit morceau !

Refrain
Ô Guénel, guénel, tou petou, petiou !
Lavez vos écuelles et lèchez vos plats !
Si vos filles sont belles, on les mariera !
Si elles sont pas belles, on les laissera là ! et tra la la …..
Tit Jésus passera par là !
Il dira qu’est ce que tu fais là ?
Je cueille des violettes
Pour les ‘tites fillettes
Je joue du violon pour les tits garçons !

2
Ô Guénel, grand-père Barbeau !
Il a un ventre comme un tonneau
Il a mangé trop d’haricots !
D’la tarte et puis des p’tits gâteaux !

Refrain

Ô GUÉNEL
Version patoisante de Boulogne sur Mer
1
Ô guénel par un p’tit trew,
J’vous vois ben là tous les deuw,
Maquer d’el tarte et du gâtiauw,
Sans m’in donner un p’tit morciauw !

Refrain

Ô guénel, guénel, tou petou petiou,
Lavez vos écuelles et liquez vos plats !
Si vô filles sont belles, on les mariera
Si elles sont pon belles, on les laissera là !
Et tra la la.

Tit Jésus pass’ra par là !
Il dira qu’ô qu’tu fais là ?
Je cueille des violettes
Pour mes p’tites fillettes
Je joue du violon, pour les p ‘tits garçons !

2
Ô guénel, grand’père Barbeau
Il a un vint’ comm’un tonneau
Il a maqué trop d’haricots
D’el tart’ et pi’ des p’tits gatiauws !

Refrain

Alors... laquelle préférez vous???

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour l'article camarade.
Bien que Boulonnais (expatrié) j'ignorais l'origine du petit Pierre. Elle est révolté à mon goût ! Je l'adopte ;)

Anonyme a dit…

Merci pour l'article camarade.
Bien que Boulonnais (expatrié) j'ignorais l'origine du petit Pierre. Elle est révolté à mon goût ! Je l'adopte ;)